Sahara d’endorphine

Sahara d'endorphine écrit en rouge

Banière de l'ombre de l'aveugle en mini ( noir et blanc )

Le Déviergeur de tympans  lance le premier album d’une trilogie

Sherbrooke, au Québec, voit de plus en plus l’émergence de créateurs musicaux de post-rock. Nicolas Aubé-Lanctôt est un « omni » (objet musical non identifié), bref un de ces créateurs sherbrookois à découvrir.

Après son album L’ombre de l’aveugle, sorti en 2011, Le Déviergeur de tympans  nous revient avec un album post-rock à la sonorité éthérée et céleste, une musique qui touche les cordes sensibles des gens pour les faire rêver et vibrer.

Cet album, Les jeûnes de la chair, est le premier d’une trilogie intitulée Sahara d’endorphine, titre également de la première pièce du disque.

Le Déviergeur de tympans décrit ainsi le contenu de cette plus récente œuvre :
« La pièce Sahara d’endorphine ouvre l’album avec ses cordes astrales qui nous font sentir que le froid de l’hiver québécois ne peut réussir à nous figer le cœur. Dans la pièce La nuit des longs couteaux, on sent la peine du Québec, maintes fois isolé par le reste du Canada. C’est encore aujourd’hui la nuit des longs couteaux. Les jeûnes de la chair est un album où on sent la peine d’amour qui m’a fait tourner le fer dans la plaie. Avec des musiques et des voix planantes, j’ai voulu faire baigner l’album dans des atmosphères cinématographiques. Un univers envoûtant à découvrir. »

L’album est bien garni de neuf ballades post-rock, qui se veulent l’histoire de cette peine d’amour longtemps présente durant le processus de création. C’est une musique qui s’écoute comme une bande sonore de film.

Bonne écoute!

Télécharger la musique de la société des foulosophes disparu. Cliquez sur l'image de bandcamp pour écouter cet album

iu
cover ombre de l'aveugle final.indd
Sahara